3e séance 2016-2017

17 janvier 2017

L’élaboration d’une édition critique telle qu’on l’envisage du Thrésor des joyeuses inventions (TJI) nécessite de substituer à la notion d’œuvre entendue comme une succession d’unités éditoriales au titre similaire (chacune définies par un éditeur,  une date de publication, un contenu et une mise en page spécifique) une conception de l’œuvre comme corpus de textes dont les configurations elles-mêmes concourent à sa littérarité.  Si l’on considère que le TJI se présente comme la somme des pièces de l’ensemble des éditions ainsi intitulées, suivant différentes configurations – présupposé à discuter dont il faudra affiner la formulation et identifier tous les enjeux et implications –, les ajouts, suppressions, déplacements, réécritures qui transforment chacune des éditions participent de l’identité de l’œuvre.

La troisième séance du séminaire a mis l’accent sur l’importance de la relation entre les pièces qui composent le TJI et sur les méthodes et outils de visualisation qui vont rendre possible l’accès du lecteur au corpus primaire (les 4 éditions du TJI), aux textes réunis, aux images correspondant, et aux liens qui unissent les différentes pièces du corpus primaire et du corpus secondaire (toutes les éditions qui au XVIe siècle comprennent au moins une occurrence de ces pièces).

 

La séance s’est déroulée en trois étapes :

– une présentation des données à mettre en relation et une première schématisation « à la main » sous forme d’ensembles et de sous-ensembles (modèle « patate »), d’arbre et de flèches.

– une présentation de méthodes et outils qui permettent de visualiser ces données (carte heuristique, nuage de données, géolocalisation, frise chronologique).

– une discussion sur les formes de visualisation à privilégier dans le cadre de l’édition critique du TJI.

 

L’importance et l’intérêt des échanges ont mis en évidence la nécessité de conserver ouverte, dans le temps même de constitution et de rassemblement des données (établissement du texte, détermination des critères descriptifs pour les éditions comme pour les textes, nommage des fichiers, etc.) la réflexion sur l’objet éditorial que l’on souhaite produire, en préparant les données de manière à rendre possibles plusieurs types d’exploitation.

En prenant l’exemple de la transcription : la question du degré d’intervention sur le texte posée lors du séminaire technique nous a conduits à faire le choix d’une transcription de travail, en conservant un certain nombre de spécificités du texte (coquille typographique par exemple) qu’une édition critique traditionnelle ne conserverait pas, dans la mesure où un tel élément peut être un indice parmi d’autres lors de la restitution de la circulation des pièces du corpus.


Anne Réach-Ngô

Enseignant-chercheur à l'Université de Haute-Alsace

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.