6e séance 2016-2017

24 avril 2017

Spécificité de la démarche éditoriale engagée : la mise en relation des pièces et des éditions

L’étude d’un recueil spécifique de textes poétiques paru à plusieurs reprises sur presque 50 ans, de 1554 à 1599, a mis en valeur la difficulté à définir un protocole éditorial adapté à ce type d’ouvrages, dont l’intérêt scientifique réside notamment dans l’étude des variantes éditoriales, tant au niveau de la pièce qu’au niveau du volume.

Corpus primaire

On a établi l’intérêt de considérer le corpus du Thrésor des joyeuses inventions en circonscrivant un corpus primaire, composé de toutes les pièces des 4 Thresor de Joyeuses inventions et du Parangon des joyeuses inventions. On a justifié à la 5e séance (mars 2017) l’intégration à ce corpus primaire du Parangon, en ce qu’il constitue une matrice initiale, clairement reprise dans au moins les deux premières éditions du Thresor des joyeuses inventions. Suivant cette perspective, on a effectué la transcription des 5 éditions dans le cadre du séminaire technique.

→ quel est l’objet textuel dont on souhaite faire l’édition critique ? Sur quels critères considère-t-on que l’on a affaire au « même » recueil, reconfiguré à la suite de remaniements qui n’altèrent pas pour autant l’identification du recueil ? comment définir un tel seuil, quantitatif ou qualitatif, de remaniements ?

Si l’on fait le choix de ne pas avoir d’édition pivot (la première ou la dernière édition par exemple), n’est-il pas toutefois nécessaire d’avoir une unité-pivot, qui va correspondre à un état invariant du texte, au niveau de la pièce et du recueil (squelette avec les quelques pièces présentes dans les 5 éditions, par exemple) ?

Plus que d’invariant, ne gagnerait-on pas à parler, comme en langage informatique, de « nodes » (nœuds), en s’affranchissant de la relation de cause à effet (one to one) et en envisageant une gestion par graphe ? Ce type de représentations ne pourrait constituer une unique entrée dans le corpus, mais la représentation par graphe pourrait assurer un élément de structuration en ce qui concerne les parcours de lecture, de consultation, d’interrogation du corpus. Cela permettrait de ne pas envisager un élément comme unité pivot invariant et permettrait d’« attaquer » le corpus par n’importe quelle unité, tant en visualisation qu’en exploitation. En revanche, cela nécessite un gros travail d’encodage des liens et des variantes entre chaque « node ».

Corpus secondaire

On a justifié le choix d’éditer le recueil en soulignant que l’agencement du recueil relève d’un geste éditorial significatif, qui consiste à sélectionner des textes, à les placer dans un ordre défini, éventuellement à les doter d’un titre singulier lors de leur insertion dans une édition spécifique, à ajouter de nouvelles pièces à celles qui ont été conservées de l’édition précédente et à en écarter d’autres. Pour pouvoir mettre en évidence les divers procédés de compilation à l’œuvre dans un tel phénomène, il convient donc de rendre accessible à l’utilisateur de l’édition le réservoir des textes à disposition du compilateur-éditeur qui est intervenu à chaque agencement nouveau du recueil. À cette fin, on est en train de constituer, dans le cadre du séminaire technique, la liste des « recueils-sources » (notion complexe à manier avec précaution), et d’établir la table des matières de tous ces ouvrages.

Cela implique, d’un point de vue informatique, d’élaborer les métadatas permettant de décrire le geste éditorial d’agencement du volume, en prenant également en compte des pièces qui appartiennent à d’autres recueils que les 4 TJI et le Parangon. La question est dès lors de savoir où placer ces métadatas : dans la description de la pièce, du recueil, des deux ? Ces décisions vont avoir un impact sur la définition des relations entre le corpus primaire et le corpus secondaire.

Or les relations usuelles  pour définir des relations entre les pièces d’un corpus génétique sont « ce document provient de » alors que dans notre projet, il s’agit de définir un type de relations du type « ce document contient X pièces venant de Y et X pièces venant de Z et pas X pièces devant de Y et/ou de Z ». L’interrogation de la circulation interne des pièces, dans le corpus primaire, d’une édition à l’autre, et entre le corpus primaire et le corpus secondaire (les autres recueils où paraissent les pièces prises isolément) nécessitera donc une réflexion approfondie.

 

À ce niveau de la réflexion, on ne peut plus faire l’économie du choix de l’outil, même temporaire, qui va permettre de commencer à effectuer la mise en relation des données.

L’objectif des deux précédentes séances visait à examiner certains choix effectués dans d’autres projets :

– Monica Zanardo (4e séance) pour la visualisation des variantes textuelles des manuscrits d’Alfieri et de Leopardi, avec le logiciel d’alignement Jouxta,

– Miriam Speyer (5e séance) pour l’identification des récurrences éditoriales de pièces à l’intérieur d’un vaste corpus de recueils poétiques du XVIIe siècle, avec une base de données relationnelles,

– Et lors de cette 6e séance, Richard Walter pour la mise en relation des documents propres au dossier génétique du Robinson de Valery, entreprise avec Franz Johansson.

 

  1. La plateforme de publication Omeka, un outil adapté à l’édition critique (génétique) ?

Prenons l’exemple du projet d’édition numérique génétique d’un conte de Paul Valéry, « Robinson ». Ce texte imprimé est un montage. Le corpus est quelque peu similaire au corpus du TJI par sa complexité, avec des bouts du texte dans plein de documents différents, des états pas stables, des reconfigurations à la volée voire posthume…

 

  1. Présentation d’e-Man

Dans ce contexte, nous avons développé un outil de publication numérique pour la diffusion et l’exploitation de manuscrits et de fonds d’archives modernes : e-Man. Le choix a été fait de ne pas faire de développement ex-nihilo et ad-hoc aux développements lourds et à la maintenance hasardeuse. On a choisi le logiciel Omeka, un outil très apprécié dans la communauté des SHS pour la valorisation de corpus ou de fonds scientifiques. Il répond aux impératifs de pérennisation et d’interopérabilité des données, nécessaires à l’exploitation et à la valorisation des résultats de la recherche scientifique. Ce système de publication web spécialisé dans l’édition de collections muséales, de bibliothèques numériques et d’éditions savantes en ligne se situe à la croisée du système de gestion de contenus (CMS), de la gestion de collections et de l’édition d’archives numériques. Son développement est assuré par le Roy Rosenzweig Center for History and New Media de l’Université George Mason (Virginie, États-Unis), qui a déjà développé le logiciel bibliographique Zotero. Le but des créateurs de cet outil facile à prendre en main est de permettre aux utilisateurs de « se concentrer sur le contenu et sur l’interprétation plutôt que sur la programmation ». Omeka permet de publier des contenus de façon très simple et très flexible. Son architecte de base est très rudimentaire ; elle peut alors s’adapter selon les besoins de chaque projet grâce à l’ajout de modules (plugins) et à l’utilisation de modèles visuels (templates). En revanche, pour assurer pérennité et interopérabilité, le logiciel impose un schéma pour la structuration des métadonnées, celui du Dublin Core. Les documents sont signalés à partir de normes et de standards bibliographiques et numériques internationaux. Toute notice est basée sur le Dublin Core et les chercheurs peuvent rajouter des métadonnées descriptives ou analytiques en fonction de leurs projets. Le dispositif éditorial et l’interface de navigation ont fait l’objet d’un certain nombre de développements spécifiques pour s’adapter aux pratiques documentaires, scientifiques ou techniques.

eMan est notre adaptation d’Omeka avec des métadonnées et des fonctions pour les manuscrits et les fonds d’archives : on veut aller vers un modèle d’édition génétique numérique. Le chercheur n’a pas eu le choix…

On doit aussi respecter une démarche éditoriale savante et numérique, car le dossier de genèse est une production critique, il faut prendre en compte la spécificité de  l’approche génétique (exigences particulières quant à transcription ; représentations de certaines progressions/interactions, de certaines opérations d’écriture). Pour cela, nous devons donner des informations de multiple nature dans son contenu et aussi dans son commentaire ; ces différentes informations devront être structurées entre elles mais les normes de description ont des règles différentes. On est confronté à des choix de différentes natures selon les niveaux de l’édition envisagés : l’édition scientifique versus les contraintes techniques ; l’interopérabilité nécessaire en vue de la mutualisation versus des choix technologiques spécifiques, en fonction de besoins propres.

 

  1. Chantiers en cours

Deux chantiers sont en cours :

– Le premier est la transcription. Pour montrer les superpositions d’écritures, distinguer les différentes campagnes d’écriture, nous travaillons sur une transcription en word, puis une édition en XML/TEI (car l’outil n’est pas prêt et les chercheurs doivent travailler). Pour proposer sur e-Man une transcription ou plutôt des niveaux de transcription, nous voulons mettre en relation les capacités du logiciel en particulier l’approche « user friendly » des procédures, avec les ressources d’encodage de la Text Encoding Initiative pour la transcription. Autrement dit, comment faire de la saisie « wysiwyg » avec l’immense bibliothèque de balises proposées par la TEI. Nous gardons la même démarche : nous utilisons exclusivement mais pas forcément intégralement un standard et nous personnalisons un outil pour répondre aux besoins d’une communauté précise. Nous travaillons à l’intégration à nos formulaires de saisie de boutons permettant d’encoder du texte en TEI : boutons additionnels et personnalisables en fonction des besoins du projet. Les fonctions d’encodage proposées servent surtout à décrire des phénomènes génétiques. Le résultat est un encodage du texte en TEI qui pourra s’exporter ensuite dans un fichier XML/TEI pour d’autres usages ailleurs. Il ne faut pas oublier : notre projet doit permettre la lecture de manuscrits !

Notre projet éditorial veut donner la possibilité de consulter la transcription du texte des documents publiés sous forme d’images, notamment ceux qui sont les plus difficiles à déchiffrer. Mais les perspectives changent ; les problématiques habituelles de la transcription – exhaustivité de l’édition diplomatique, rendre compte de tous les phénomènes vus (aperçus ?) sur le document – ont une autre importance avec Omeka qui donne accès à l’image du document à côté de la transcription. L’objectif principal de la transcription change : ce n’est plus refaire du reprint, elle doit donner accès à une masse d’indications pour pouvoir chercher et exploiter le contenu.

 

– Le deuxième est la visualisation des relations (« interactions » serait le terme le plus exact) des documents au sein du dossier génétique, ce qui rejoint directement les problématiques de structuration du corpus des Thrésor des joyeuses inventions.

Il faut permettre au lecteur d’appréhender de manière synthétique les processus de création : non plus seulement un processus singulier, ciblé, concernant tel ou tel document ou même tel ou tel ensemble de documents, dans son mouvement d’ensemble. Il faut d’abord établir, dans la mesure du possible, une cohérence chronologique des documents, et la représenter, pour permettre au lecteur de l’appréhender, de la comprendre. Mais pour la chronologie absolue, très peu d’éléments sont datés dans les pièces du dossier génétique de Valéry. C’est d’autant plus difficile que toutes les traces au sein d’un feuillet ne sont pas contemporaines. Il y a beaucoup d’incertitudes. Il faut alors établir une chronologie relative des différents éléments du corpus (ce document a un rapport avec tel autre document). Cela ne peut se faire qu’à partir d’une analyse des interactions. En sachant, une fois de plus, qu’un feuillet, a fortiori un cahier, n’est pas une unité homogène : des strates d’écritures correspondent à différentes campagnes, parfois séparées par plusieurs années.

La question de la chronologie est étroitement liée à la question plus vaste des interactions : unilatérales ou réciproques ; avérées ou possibles, immédiates ou éloignées. Des distinctions parfois subtiles à l’infini, nous avons décidé de représenter X relations possibles. La perspective est alors de proposer une « visualisation génétique » (plutôt qu’un simple diagramme). Mais comment visualiser le dossier génétique ? Les interactions complexes entre les documents ? Il faut sortir de la liste chronologique ou alphabétique et des relations 1 à 1 et de la liste à puce pour retracer et visualiser sous différentes formes des phénomènes plus compliqués. Le numérique permet de comparer des éléments de supports différents et d’affiner sur plusieurs niveaux leurs relations.

Nous avons tout de suite eu des problèmes de lisibilité, et aussi de respect des équilibres : les choix de représentation ne doivent pas hypertrophier de manière abusive un processus ou une partie du corpus. Pour l’instant, nous travaillons sur la mise à disposition des relations proposées par différentes initiatives du web sémantique. Il faudrait pouvoir arriver à proposer une typologie des relations pour qu’elles ne soient pas uniquement chronologiques ou alphabétiques. La relation hiérarchique et la relation de cause à effet ne sont pas ici évidentes. La représentation des processus ne peut pas se baser uniquement sur des flèches à sens unique et des éléments pourront se retrouver à plusieurs endroits. Il sera alors nécessaire pour nous d’inventer des modèles de relations pour arriver à des schémas traçant les influences, les évolutions, la circulation entre les données. On pourrait alors parler de relations « multicouches ».

Pour les représenter, les techniques de graphe ou de carte heuristique sont à l’étude. Mais beaucoup de celles-ci se basent sur un élément moteur qui sert de départ à la visualisation des relations – établir le point de départ dans un stemma codicum d’une œuvre peut ne pas être évident. La puissance combinatoire des encodages produits par Omeka pourrait aider à avoir des visualisations selon plusieurs points de vue voire selon les champs d’analyse de plusieurs démarches interprétatives.

Ces représentations seront de facto complexes et évolutives ; elles permettront de visualiser de façon différente et précise à la fois les processus de création (cartes heuristiques ou autres). Comme dans le cas de Valéry, si on considère un « node » (un recueil, un poème, une pièce, etc.), on devrait pouvoir visualiser ses relations mais en ne demandant de voir le niveau N-1ou+1 ou sa situation « géographique » dans les différentes tables des matières (pour la pièce : les relations entre pièce et poème, son positionnement dans les différents recueils, etc.).

 

III- Conduite du projet éditorial du Trésor/Parangon des Joyeuses inventions

A l’issue de cette présentation d’e-Man, appliquée au cas complexe de « Robinson » de Valéry, nous avons convenu que nous allions créer un site « Joyeuses inventions » qui nous permettra de déposer l’ensemble des données collectées jusqu’à présent, et de structurer les données entre corpus primaire et corpus secondaire. Anne et Richard formeront Côme à l’outil Omeka dans le cadre d’un stage de 6 semaines en Humanités numériques, pour que celui-ci se charge d’intégrer toutes les données sur la plateforme, du 19 mai au 30 juin, donc avant le workshop de trois jours du séminaire technique, du 3 au 5 juillet. Lors du séminaire, nous élaborerons collectivement le protocole descriptif des notices des pièces, et commencerons à travailler à la définition des relations spécifiques à notre projet éditorial.


Anne Réach-Ngô

Enseignant-chercheur à l'Université de Haute-Alsace

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.