Retour d’expérience sur le site « Paysages haïtiens » d’EMAN (dir. Silvia Boraso) – PREMAN 2021

L’éditorialisation numérique en thèse : négociation, transmission et valorisation des savoirs

Le site « Paysages haïtiens » a été conçu et activé lors du séminaire « Mon Projet de Recherche avec EMAN » (édition 2020-2021) animé par Anne Réach-Ngô en collaboration avec Richard Walter, et s’inscrit dans le cadre plus vaste de mon parcours doctoral. En particulier, il constitue le volet numérique de ma thèse, qui porte sur la représentation du paysage dans le roman haïtien du XIXe siècle et qui étudie à travers une perspective diachronique les ouvrages parus entre 1859, date de publication de Stella, le premier roman haïtien, et 1923, date de parution des Simulacres, le dernier des romans dits nationaux. Bien qu’au départ aucune approche numérique n’ait été envisagée pour l’analyse du corpus, l’éditorialisation des citations collectées sur la plate-forme EMAN s’est avérée non seulement indispensable pour la gestion d’une quantité de données assez vaste – à la fin de ma première année, j’avais collecté une trentaine de romans et rassemblé plus de 300 citations sur le paysage (pour environ 200,000 caractères) –, mais aussi propédeutique à l’identification de pistes d’analyse qui avaient été jusque-là ignorées.  

En dressant un état des lieux deux ans après la création du site « Paysages haïtiens », ce billet s’axe autour de l’intérêt épistémologique de l’éditorialisation numérique et vise à mettre en avant les différentes stratégies de valorisation des données qui ont été adoptées au fur et à mesure que le projet évoluait. Les paragraphes qui suivent se focaliseront donc sur les étapes de réalisation du site dans le but de montrer la négociation constante entre les savoirs, les savoir-faire, les technologies et les acteurs impliqués dans le processus d’éditorialisation : il s’agira notamment d’examiner comment la transmission des savoirs mobilise souvent des mécanismes de reconfiguration différents selon les objectifs et les publics cibles envisagés.

J’ai été introduite dans le domaine des humanités numériques un peu par hasard. Au printemps 2020, j’ai suivi dans le cadre de ma formation doctorale le séminaire « Littératures de la Première Modernité & Technologies numériques » animé par Anne Réach-Ngô à l’Université Ca’ Foscari de Venise, ce qui m’a permis de participer ensuite au projet pédagogique « Tragiques Inventions ». Forte de cette première expérience, j’ai commencé à repenser à ma thèse à l’aune des connaissances et des compétences nouvelles que je venais d’acquérir : en travaillant sur la plate-forme EMAN pour « Tragique Inventions », je m’étais vite aperçue qu’un tel dispositif numérique pourrait m’aider à résoudre ce qu’à l’époque constituait l’une des difficultés majeures auxquelles mon corpus se heurtait, notamment la gestion et l’analyse des données. J’ai donc postulé pour rejoindre l’équipe d’étudiants et de doctorants rattachés à PREMAN dans le seul but – initialement, du moins – de répondre à cette exigence. 

Au début de ma collaboration avec PREMAN, j’ai envisagé un parcours d’éditorialisation en trois phases – réélaboration du corpus, traitement des données, publication du site – qui ne prévoyait pour les années de doctorat que la réalisation des deux premières étapes, en réservant la possibilité de rendre les contenus disponibles en libre accès pour un potentiel post-doc. Il faut pourtant souligner que les enjeux liés à chaque phase ne présentent pas de solutions de continuité et m’obligent à questionner constamment les objectifs de ma démarche scientifique, ce qui prouve le caractère plastique, d’un point de vue épistémologique, de ce genre d’approche.

Étapes de mon parcours d’éditorialisation numérique

Ayant déjà établi l’ensemble de citations à importer et disposant rapidement des compétences techniques nécessaires, le démarrage du projet n’a pas présenté de complications particulières. Au niveau de l’organisation et de la hiérarchisation du corpus, j’ai opté pour une arborescence plutôt classique, où chaque roman constitue une collection, à son tour composée d’une série de contenus, chaque contenu correspondant à une citation sur le paysage.

Arborescence du site « Paysages haïtiens » 

Les contenus étant formés de fragments textuels très homogènes, tous mes efforts ont pu être concentrés sur la mise en valeur des éléments utiles à l’analyse littéraire. En particulier, j’ai dû réfléchir à la réorganisation des citations en fonction des potentialités du site et procéder ensuite à l’importation de toutes les données sur la plate-forme.

C’est à ce moment-là qu’une première négociation s’est opérée, notamment entre les compétences en éditorialisation que j’avais acquises pendant mon expérience précédente et les données sur lesquelles je travaillais pour ma thèse. S’il est vrai qu’EMAN met à disposition de l’utilisateur un éventail d’outils déterminés, il faut pourtant se rappeler que les potentialités offertes par ces outils sont presque infinies, la manière d’exploiter les différentes fonctions pouvant aboutir à des résultats très hétérogènes selon les spécificités de chaque projet. Or, ce qui primait pour moi était la hiérarchisation, la mise en relation tridimensionnelle des contenus. J’ai donc élaboré un système de valorisation qui se fonde principalement sur la séparation des différents niveaux d’analyse par un emploi différencié des outils : en général, à chaque niveau correspond un module, c’est-à-dire un plug-in, différent.

Tableau de bord du site « Paysages haïtiens »

La figure ci-dessus montre le tableau de bord de mon site, « Paysages haïtiens ». L’encart rouge signale les différents modules que j’ai installés et employés pour mon analyse. Certains font partie des paramètres par défaut du site : c’est le cas du Dublin Core qui constitue une sorte de fiche informative décrivant le contenu (y sont indiqués, entre autres, le titre de l’ouvrage, le nom de l’auteur, la date et le lieu de publication) ; d’autres varient selon le type de projet. Pour mon site, par exemple, j’ai décidé d’employer :

  • un module Item Relations qui permet d’établir des relations entre deux contenus ou deux collections. Dans « Paysages haïtiens », cette fonction est utilisée seulement pour relier entre elles les collections ayant le même auteur ;
  • un module Carte pour pouvoir géolocaliser le lieu de publication des citations. Cet aspect est très important en ce qui concerne le roman haïtien, surtout au XIXe siècle, parce que le lieu de publication va parfois affecter les contenus et le style des textes ;  
  • un module Mots-clés consacré aux topoï narratifs. Ces tags permettent en particulier d’identifier des noyaux narratifs transversaux, communs à plusieurs contenus (citations) ;
  • un module Fichier qui permet de rattacher une image à chaque contenu. Dans mon cas, cela se limite à l’image de couverture des romans du corpus ;
  • un module Métadonnées du type du contenu qui offre la possibilité de créer des champs de saisie entièrement personnalisables. Pour mon projet, j’ai élaboré une grille d’analyse composée d’éléments utiles à l’analyse textuelle en général et à celle de la représentation du paysage en particulier (j’y ai inséré, entre autres, les isotopies, les contextes narratifs, les modèles descriptifs, les sens évoqués, les points de vue narratifs et les types de narrateur propres à chaque citation).
Métadonnées du type du contenu : grille d’analyse personnalisée « paysage-citation »

Une fois jetés les jalons de ce complexe système d’analyse, les travaux d’organisation et de valorisation des contenus étaient loin d’être achevés. L’analyse quantitative des données demande en fait un effort de reconfiguration des savoirs qui perdure dans le temps. En particulier, elle sollicite un retour rétrospectif constant sur la phase d’établissement des notices : à la réflexion préalable sur les contenus recueillis suit la sélection des données à exploiter ; après avoir choisi les outils qui semblent les plus aptes à mettre en valeur certains aspects des citations, les résultats obtenus peuvent ne pas répondre aux objectifs initialement envisagés, ce qui comporte la recherche de solutions alternatives. Autrement dit, il s’agit d’un deuxième type de négociation qui concerne ce que l’on sait faire, ce que l’on aimerait faire et les outils dont on dispose pour actualiser ces plans.

Exemple significatif de reconversion, mon expérience avec la TEI (text incoding initiative) prouve qu’il est parfois nécessaire d’adapter ses attentes aux éléments concrètes qui affectent la réalisation d’un projet. Mes compétences en encodage étant très basiques, ce n’est qu’après avoir retranscrit en HTML la totalité du corpus que je me suis rendue compte que mon idée initiale de créer de toutes pièces mon propre système d’indexation pour détecter les isotopies présentes dans les textes n’était ni faisable d’un point de vue des compétences requises ni utile d’un point de vue de l’analyse littéraire, le concept même d’isotopie se prêtant très peu à l’application rigoureuse que le balisage numérique demande.

Cependant, au lieu d’abandonner tout projet d’encodage, j’ai cherché des façons différentes de l’exploiter. Profitant du fait qu’un nouveau module Transcript venait d’être mis à jour sur la plate-forme, j’ai donc décidé de baliser mes citations en me focalisant exclusivement sur les noms des lieux, de la flore et de la faune présents dans mes citations et de créer par la suite un glossaire où insérer la définition de chaque entrée ainsi qu’un tableau montrant pour chaque mot l’ensemble de ses occurrences textuelles. C’est en relisant la totalité des extraits pour les baliser que j’ai découvert que la flore haïtienne présente dans les romans locaux du XIXe siècle ne se limitait pas aux palmiers et aux cocotiers que la tradition exotique européenne proposait pour cadre, mais qu’au contraire plus de cent typologies d’arbres et d’arbustes faisaient partie du glossaire nouvellement établi.

Cela montre, d’un côté, que dans le développement d’un projet d’éditorialisation numérique il est essentiel de prendre en considération les facteurs extérieurs qui peuvent influer sur sa réussite, en l’occurrence les compétences techniques et les technologies disponibles. De l’autre, que cette reconfiguration continue des stratégies de transmission des savoirs amène souvent à des résultats inattendus, décelés grâce aux nouveaux questionnements que la pratique de reconfiguration même déclenche. 

Avant de terminer ce retour d’expérience, une brève réflexion sur l’étape finale du parcours d’éditorialisation me semble utile afin de montrer toutes les potentialités que l’adaptabilité du numérique offre. Ayant fort conscience des enjeux impliqués dans la publication du site, au début du projet j’avais programmé de renvoyer l’accès ouvert des résultats à la fin de mon doctorat. Or, à la fin de ma troisième année de thèse et à la veille de ma soutenance, je me retrouve à faire face à des difficultés de consultation que j’espérais devoir résoudre beaucoup plus tard : donner l’accès du volet numérique de ma thèse aux membres du jury signifie réfléchir d’ores et déjà à la mise en page des données, qui doit être facile à utiliser, aussi bien qu’agencer les contenus de manière à permettre à ce type très spécifique d’utilisateurs de les parcourir en autonomie. Or, comment adapter ma bibliothèque numérique, qui a été créée pour répondre aux exigences exclusives de ma démarche scientifique, mais qui par contre se révèle très difficile à consulter par un utilisateur externe, pour qu’elle soit accessible à d’autres personnes ?

Dans les mois prochains il s’agira donc de trouver une réponse à cette question en sachant que toute solution individuée entraînera un remaniement nouveau des donnés aussi bien qu’une négociation inéluctable entre les objectifs visés, les savoir-faire et le public cible, prélude d’autres pratiques de reconfiguration qui pourraient s’avérer nécessaires lors d’un projet collaboratif ou bien lors de la publication définitive du site en libre accès.  

Retour d’expérience rédigé par Silvia Boraso, doctorante en troisième année à l’université Ca’Foscari de Venise, en co-tutelle avec l’université Paris-Est (“Représentation du paysage dans le roman haïtien du XIXe siècle : de Bergeaud aux romanciers nationaux” sous la direction de Alessandro Costantini et Yolaine Parisot) et responsable du site “Paysages haïtiens” sur la plateforme EMAN.

Juin 2022.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Silvia Boraso (7 juin 2022). Retour d’expérience sur le site « Paysages haïtiens » d’EMAN (dir. Silvia Boraso) – PREMAN 2021. La Roue à Livres. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ts88


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search