Retour d’expérience sur le site “Barbey en Italie” d’EMAN (dir. Ilaria Giacometti) – PREMAN 2021

Constitution, éditorialisation et valorisation d’un corpus hétérogène :

« Sur les traces de Barbey d’Aurevilly : la réception italienne d’un écrivain hors norme »

Ce billet est un retour d’expérience sur le développement du site « Barbey en Italie » sur la plateforme EMAN. Le site, qui est en phase de construction et n’est pas encore accessible au public, constitue le volet numérique de mon projet de thèse, portant sur la réception italienne du romancier et critique français Barbey d’Aurevilly sur la période s’écoulant de la seconde moitié du XIXe siècle à l’après-guerre. Il a été conçu dans le cadre de l’édition 2020-2021 du séminaire PREMAN (Mon Projet de Recherche avec Eman), animé par Anne Réach-Ngo en collaboration avec Richard Walter, suivi lors de ma deuxième année de doctorat. Bien que mon projet de recherche ne prévoie pas, au début du moins, le recours à l’approche numérique, cette orientation s’est avérée particulièrement fructueuse pour la constitution et l’analyse de mon corpus de thèse.

À l’époque de la conception de mon projet de recherche, je n’avais aucune compétence en humanités numériques et n’avais pas envisagé de constituer un volet numérique pour ma thèse. En revanche, j’avais planifié de composer une annexe rassemblant tous les documents qui formeraient mon corpus d’analyse. Au deuxième semestre de la première année de doctorat, alors que j’étais en train de repérer et sélectionner les documents pour constituer mon corpus, j’ai pu découvrir la plateforme EMAN (Édition de Manuscrits et d’Archives Numériques) dans le cadre de la formation doctorale « Littératures de la Première Modernité & Technologies Numériques » proposée par Anne Réach-Ngô à l’Université Ca’Foscari de Venise. J’ai ensuite rejoint le projet pédagogique « Trangiques Inventions », animé par Anne Réach-Ngô en collaboration avec Magda Campanini de l’Université Ca’Foscari. La participation à ce projet pédagogique collaboratif m’a permis de me familiariser avec l’outil EMAN et d’acquérir des compétences techniques de base en humanités numériques. Mais cela m’a surtout amenée à réfléchir aux enjeux et aux problématiques de l’éditorialisation numérique des données dans le domaine de la recherche littéraire. Nombre des questionnements surgis dans le cadre du projet « Tragiques Inventions » me paraissaient pertinents pour ma propre recherche, ce qui m’a poussée à revenir sur mon projet initial et à repenser la façon de concevoir et organiser mon corpus en adoptant la forme d’une bibliothèque numérique.

Pendant la deuxième année de doctorat, le séminaire mensuel PREMAN m’a permis de créer un site personnalisé pour mon projet tout en continuant à participer à un travail collectif avec d’autres chercheurs (dont Michela Lagnena et Silvia Boraso, mais aussi Marine Parra, Régine Battiston et Nikol Dziub ainsi que Véronique Lochert). Cette diversité des participant.e.s s’est avérée particulièrement enrichissante grâce à l’échange de questions, réflexions et retours d’expériences différents, étant donné que les exigences, les difficultés et les solutions varient en fonction de la nature et des caractéristiques de chaque projet. Dans mon cas, j’ai d’abord envisagé de créer un site fermé où réunir, organiser et hiérarchiser les données de mon corpus. L’ouverture du site, à ce stade, n’était pas exclue, mais ne représentait pas la finalité première de ma démarche.

Élaboration du projet

En ce qui concerne la construction du site, la première étape a consisté dans une réflexion sur la nature de mes données et sur les finalités de mon projet : ma thèse portant sur une étude de réception s’étendant sur une longue période, mon corpus s’est révélé un ensemble vaste, hétérogène comme un massif complexe et mouvant à l’image d’un « magma », susceptible de s’enrichir au fur et à mesure que mes recherches avançaient. Les documents qui forment le corpus se présentent en effet sous forme d’articles de journal, extraits de correspondances, livres critiques ou extraits d’ouvrages, journaux intimes ou témoignages. Tous ces documents proviennent de sources différentes telles que des bases de données en ligne, des bibliothèques numériques, mais surtout des bibliothèques et des archives physiques géographiquement dispersées et parfois difficiles d’accès, notamment pendant la crise sanitaire. La longueur des textes est très variable, ainsi que l’importance de chaque document relativement aux visées de l’analyse.

 J’ai été alors obligée de considérer tous ces documents ou fragments de documents comme des données susceptibles d’être non seulement recueillies et lues mais aussi décrites de façon systématique et hiérarchisée. La plateforme EMAN proposant une structure organisée en collections et contenus selon le modèle d’Omeka, le logiciel qui sert de base aux bibliothèques numériques de la plateforme, j’ai dû m’interroger sur ce qui constitue l’unité minimale de mon corpus et sur les classifications possibles de ces unités. Après de nombreuses hypothèses et modifications successives, j’ai décidé de créer trois collections principales : la première correspond à la réception italienne de l’auteur, qui constitue le noyau de mon corpus et l’objet principal de mon étude, la deuxième à la réception française, qui représente souvent la source, le modèle ou le contre-modèle pour les acteurs de la réception italienne. La troisième, enfin, réunit l’ensemble des œuvres de Barbey d’Aurevilly qui sont citées ou évoquées par les contenus des autres collections. Deux collections rassemblant les documents iconographiques et les références des auteurs des données complètent l’arborescence du site. Les collections consacrées à la réception italienne et française se composent chacune de plusieurs sous-collections réunissant des contenus de nature différente. D’un point de vue méthodologique, cette première étape apparemment simple a été cruciale en matière d’étude de réception car cela nécessitait d’adopter une démarche spécifique aux différents ensembles, selon leur appartenance linguistique, tout en considérant les dispositifs culturels différents mais aussi les zones de contact entre les documents.

Arborescence du site « Barbey en Italie »

Pour chaque collection et sous-collection, le contenu correspond à l’unité minimale pertinente pour cet ensemble spécifique : ainsi, pour la sous-collection « IT Articles de presse », le contenu correspond à un article de journal ou de revue ; pour la sous-collection « IT Œuvres romanesques traduites », le contenu correspond à une édition italienne d’une œuvre de Barbey en traduction : lorsqu’il y a plusieurs rééditions de la même traduction, je crée un contenu pour la première traduction publiée d’un point de vue chronologique et je signale les rééditions dans la description du contenu ; en revanche, lorsque la même traduction est reprise par des éditions différentes, j’ai créé un contenu pour chaque édition. Pour la sous-collection « IT Ouvrages critiques et anthologies » le contenu peut correspondre à un ouvrage complet s’il s’agit d’un ouvrage entièrement consacré à Barbey ou à un chapitre lorsqu’il s’agit d’un recueil de textes traitant de plusieurs auteurs, dont un concerne Barbey, comme c’est le cas pour les manuels et les anthologies. Il en dérive que les contenus présents dans le site, pris dans leur ensemble, sont d’une très grande hétérogénéité, sans que cela mine la cohérence interne et la pertinence de chaque collection et sous-collection. Pour toutes les collections et sous-collections, j’ai décidé de nommer les contenus par la date de publication et par un titre qui indique le plus clairement possible l’objet du contenu en fonction de la nature de la donnée (le titre de l’article, du chapitre, de l’ouvrage etc.).

Détail de l’arborescence du site « Barbey en Italie »

Les contenus apparaissent dans la page « Arborescence du site » par ordre de création mais ils peuvent aussi être ordonnés par ordre alphabétique en interrogeant l’ « Index des valeurs », ce qui permet d’avoir une liste respectant l’ordre chronologique, cette perspective étant fondamentale dans une étude de réception diachronique.

Établissement des métadonnées

En ce qui concerne le traitement et l’éditorialisation des données, je me suis servie des modules proposés par la plateforme pour décrire chaque contenu par des métadonnées.

  • Le jeu de champs de métadonnées Métadonnées Dublin Core est commun à tous les fichiers, les contenus et les collections et contient les informations nécessaires pour décrire toutes les données, par exemple le titre, le créateur, la source, la date, la langue et autres.
  • Le module Carte permet de géolocaliser les contenus selon le lieu de publication, et d’interroger ensuite le corpus à partir d’une carte. La visualisation de la Carte permettra de donner un aperçu immédiat de la distribution géographique de la réception italienne de Barbey et pourra constituer un outil de consultation du site précieux pour d’autres utilisateurs.
  • Les Mots clés servent à classer les contenus du point de vue thématique. En l’état actuel, j’utilise des tags qui me permettent de retrouver le plus facilement possible les contenus que je veux consulter pendant la rédaction de la thèse. Dans la perspective d’une ouverture du site, il faudra les remplacer par des étiquettes qui aident les utilisateurs externes à se repérer dans les contenus, les découvrir spécifiquement et les mettre en relation suivant des parcours qu’ils pourront composer selon leurs propres centres d’intérêt.
  • Le module Item Relations permet de relier deux collections ou deux contenus appartenant à la même collection ou à des collections différentes et d’expliciter la nature de la relation entre ces unités documentaires. Cette fonction est très utile pour signaler les citations et les renvois aux œuvres de Barbey ou à d’autres documents-sources.
à gauche : Exemple de Notice d’un contenu de la collection Réception Française -Sources >  FR Articles de presse
à droite : Relations reliant le contenu à des contenus de la collection Réception italiennes > IT Articles de presse qui le citent
  • Le type de document « Fichier » permet de rattacher une image au contenu : dans le site « Barbey en Italie », une reproduction du document a été associée au contenu correspondant à chaque fois qu’elle était disponible. Dans la perspective d’une publication du site, il faudra prendre en compte les droits de reproduction de certains documents.
  • Le classement par « Type de contenu » permet de dresser une description du contenu en remplissant un formulaire personnalisé créé au préalable en fonction de la nature du document et des informations qui sont pertinentes. Par exemple, le type de contenu « Correspondance » contient le champ de saisie « Destinataire », que les autres types de contenu ne contiennent pas ; le type de contenu « Article de presse » contient les champs de saisie « titre de l’article », « titre de la rubrique », « périodicité ». La création des types de contenus est une étape fondamentale pour l’éditorialisation des données qui dans mon cas a requis souvent des remaniements et des retours en arrière pour ajouter des champs de saisie qui se sont révélés nécessaires ou en enlever d’autres qui sont devenus progressivement inutiles ou redondants au cours de l’analyse. Si, d’une part, les manipulations techniques nécessitent une réflexion préliminaire sur les données et sur les problématiques que leur traitement soulève, d’autre part l’analyse des données peut amener à remettre en question les choix techniques qu’on a faits auparavant. La grande flexibilité offerte par la plateforme EMAN permet de procéder par tentatives successives afin de trouver des solutions pour les problèmes qui se posent au fur et à mesure de la construction du site.

Pour la transcription des données, j’ai utilisé un champ de saisie « Transcription » que j’ai ajouté à tous les types de contenus. Bien que j’aie commencé à me familiariser avec l’outil TEI Transcript, je ne l’ai pas employé pour l’instant pour la transcription des données. Un export des transcriptions dans le module TEI Transcript et un balisage minimal des textes (noms propres, noms d’œuvres littéraires) serait souhaitable, mais il est déjà possible d’interroger le corpus à travers l’ « Index des valeurs ». En effet, avant que le module de transcription ne soit rendu disponible, j’ai indexé les noms des personnes et les noms des œuvres citées en utilisant des champs de saisie ajoutés aux grilles d’analyse des types de contenus. Cela m’a permis d’exploiter les données pour mes analyses et pour la rédaction de ma thèse avant que toutes les étapes de l’éditorialisation ne soient achevées. Si les possibilités offertes par l’outillage technique de la plateforme sont très nombreuses et très tentantes, il est toujours nécessaire de renégocier les objectifs du projet, en tenant compte de la spécificité de l’objet d’étude, des exigences de l’analyse mais aussi des compétences techniques qui peuvent être plus ou moins développées, notamment selon le temps que l’on peut mettre à disposition.

Perspectives

Actuellement, je suis en troisième année de doctorat et je suis en train de rédiger ma thèse. Tout en étant consciente des limites de mes résultats et du travail qu’il reste à faire pour rendre le site consultable par d’autres utilisateurs, j’envisage de le rendre accessible au jury de ma commission de thèse, en insérant dans le corps de la thèse des renvois ponctuels au corpus numérisé. Le site n’étant pas achevé, je maintiendrai également l’annexe physique. Par cette configuration hybride, je voudrais montrer comment l’approche numérique peut s’articuler avec une approche d’analyse plus traditionnelle, en nourrissant la réflexion scientifique et en déclenchant des questionnements féconds du point de vue épistémologique.

Pour conclure, l’éditorialisation numérique, si elle s’est avérée une expérience enrichissante pour moi en tant que chercheuse responsable du site, pourrait par ailleurs permettre à d’autres chercheurs et étudiants de consulter le même corpus selon des angles d’accès divers, par le biais de la chronologie, de la localisation géographique ou de la classification thématique. Je considère donc la possibilité de publier le site en libre accès à l’avenir, éventuellement dans le cadre d’un post-doctorat ou d’un autre projet de recherche. Il me faudra à cette étape du projet un travail important de systématisation des métadonnées ainsi qu’une réflexion sur la présentation et la valorisation des données, en fonction du public ciblé, qu’il faudra d’abord définir, au-delà du projet initial d’un corpus de thèse. Il sera alors nécessaire d’imaginer quels utilisateurs pourraient s’intéresser à ce type de corpus, pour quelles raisons et avec quels objectifs et besoins spécifiques. La valorisation des données pourrait passer par une reconfiguration de l’aspect du site par le module UI Template, par la création de parcours d’exposition thématiques ou de parcours privilégiés à l’intérieur de l’arborescence qui mettraient en valeur les contenus les plus importants, aussi bien que par l’affinement de l’analyse grâce aux outils de transcription et de balisage. Il s’agit pour l’instant de pistes.


Retour d’expérience rédigé par Ilaria Giacometti, doctorante en troisième année à l’université Ca’Foscari de Venise, en co-tutelle avec l’université Paris-Sorbonne (« La réception italienne deBarbey d’Aurevilly », sous la direction de Olivier Bivort et Frédérique Dubard) et responsable du site Barbey en Italie sur la plateforme EMAN.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
ilagiacometti (11 juin 2022). Retour d’expérience sur le site “Barbey en Italie” d’EMAN (dir. Ilaria Giacometti) – PREMAN 2021. La Roue à Livres. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ts89


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search