Thresors de la Renaissance au séminaire Cenhtor (jeudi 9 février 2023, Nancy)

À l’invitation d’Anne-Lise Christmann et Pierre Willaime, j’interviendrai le jeudi 9 février à Nancy sur le projet Thresors de la Renaissance :”Du corpus de chercheuse au jeu de données partageable : cheminement et questionnements du projet Thresors de la Renaissance“.

La bibliothèque numérique Thresors de la Renaissance de la plateforme EMAN vise à rassembler au moins un exemplaire de chaque édition identifiée des 120 œuvres intitulées “Thresor de” publiées en langue française entre 1477 et 1630. On y rencontre des ouvrages de droit, de médecine, de poésie, des dictionnaires, des anthologies d’histoires brèves, facétieuses, de lettres, des manuels de dévotion, en somme tout un éventail d’ouvrages qui prétendent offrir en un unique ouvrage, tels les reader digests, la quintessence d’un domaine d’écrits et de savoirs.

L’intérêt de se pencher sur un tel corpus invite à réfléchir sur la notion même de “corpus de recherche” et sur les critères qui autorisent à penser conjointement un ensemble de livres pour tenter d’y déceler des pratiques éditoriales récurrentes. Dans le cas des Thresors, il s’agit d’examiner la valeur du geste d’intitulation et le phénomène de reprise d’un patron titulaire dans l’examen du geste de rassemblement des écrits hérités ou contemporains. Cela conduit à une réflexion plus vaste sur le rôle du discours péritextuel dans la structuration de la production écrite des premiers siècles de l’imprimé. Cette réflexion fait l’objet d’une plus vaste enquête au sein du projet de constitution d’une base de données relationnelles, avec Marine Parra : COMET (Compilations à intitulés métaphoriques).

L’analyse des pratiques intellectuelles et éditoriales des Thresors de la Renaissance a nécessité un recensement exhaustif des éditions et la description d’un grand nombre d’exemplaires, afin d’en faire surgir les caractéristiques premières et d’en dresser une première typologie. Une fois l’étendue du phénomène identifiée, il a fallu analyser le nombre de publications par œuvre, la fréquence et la diversité des éditions, les pratiques de réédition et de variation éditoriale. Cette enquête s’est attachée à croiser des informations issues des différents catalogues à disposition et à confronter ces informations à la consultation des exemplaires, ce qui a permis d’ajouter sur le site la transcription des différents péritextes.

En revenant sur la première phase de ce travail et sur le rôle de la bibliothèque numérique comme outil d’établissement, de structuration et d’interrogation d’un tel corpus, on voudrait réfléchir à la manière dont un dispositif éditorial comme celui de la bibliothèque numérique rend possible l’appréhension concrète d’un objet scientifique complexe. Si le travail d’éditorialisation permet au chercheur.euse, par le processus même de constitution du site, de comprendre le fonctionnement interne de son corpus, le jeu de données accessible aux utilisateur.rice.s du site sera-t-il en mesure de transmettre cette forme d’intelligibilité des données, découverte lors de leur traitement ?

Le propos s’articulera autour des questionnements suivants :

  • Quelle place pour une “collection de chercheur.euse” dans la constitution d’un projet de recherche ?
  • Dans quelle mesure un projet de recherche conduit-il à faire interagir les documents et données de fonds patrimoniaux singuliers et quelles peuvent être les implications d’une telle démarche en matière de collaboration entre les métiers de la recherche et ceux du patrimoine ?
  • Quels modes de consultation proposer pour une bibliothèque numérique de chercheur.euse afin de ne pas restreindre l’accès des données constituées aux problématiques du projet : ordre alphabétique, chronologique, par domaines de l’écrit etc. dans le cas du projet Thresors de la Renaissance ?
  • Dans quelle mesure une bibliothèque numérique peut-elle constituer un outil de recherche à part entière en favorisant une investigation méthodique d’un large corpus tout en encourageant dans le même temps la constitution d’éditions de lecture et d’éditions enrichies à destination de la communauté des chercheur.euse.s ?
  • Que reste-t-il de la matérialité de l’objet scientifique (le livre de la Renaissance) dans un projet de bibliothèque numérique ? Dans quelle mesure l’intelligibilité du livre ancien peut-elle en sortir améliorée ?

—–

Pour une première réflexion sur le projet Thresors de la Renaissance, voir REACH-NGO Anne, « Le site des Thresors de la Renaissance, de la bibliothèque numérique du chercheur à la bibliothèque imaginaire de l’utilisateur », Réforme, Humanisme, Renaissance, 2019/1 (N° 88), p. 149-179. DOI : 10.3917/rhren.088.0149. URL : https://www.cairn.info/revue-reforme-humanisme-renaissance-2019-1-page-149.htm 

Pour plus d’information : https://msh-lorraine.fr/nos-services/plateforme-cenhtor/

Illustration mise en avant : La toyson d’or ou la fleur des trésors, latoysondorovlaf00tris sur Internet Archive.



Citer ce billet
Anne Réach-Ngô (2023, 19 janvier). Thresors de la Renaissance au séminaire Cenhtor (jeudi 9 février 2023, Nancy). La Roue à Livres. Consulté le 5 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ts8g

Anne Réach-Ngô

Enseignante-chercheuse à l'Université de Haute-Alsace

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 07/02/2023

    […] Nous vous invitons à lire la publication à ce sujet sur le carnet de recherche d’Anne Réach-Ngô : https://rouealivres.hypotheses.org/3075 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search