“Circulation des écrits littéraires de la Première Modernité et Humanités Numériques” (Paris, ENS, 4-5 juin 2019)

  • 4 et 5 juin 2019

Colloque “Circulation des écrits littéraires de la Première Modernité & Humanités Numériques”

organisée par l’équipe éditoriale “Joyeuses Inventions”, l’Institut des Textes et Manuscrits Modernes et l’Institut Universitaire de France


Appel à contributions :

Le colloque “Circulation des écrits de la première modernité et humanités numériques” vise à mettre en perspective les premières réflexions méthodologiques et épistémologiques menées dans le cadre du séminaire “Génétique éditoriale de la première modernité” (dir. Anne Réach-Ngô & Richard Walter), initié à l’ITEM en octobre 2016. Consacré aux enjeux de l’édition numérique des écrits de la première modernité, le séminaire s’intéresse aux modalités d’investigation et de restitution de corpus complexes, fondés sur la variabilité, la modularité et la sérialité. Alliant l’exploration d’outils et de méthodes (base de données, corpus et bibliothèque numériques, édition critique) à la présentation de projets numériques (voir les programmes 2016-2017, 2017-2018, 2018-2019), le séminaire a donné lieu à un atelier d’édition numérique visant à en expérimenter les pistes de recherche.

Cet atelier a pris pour objet d’analyse un recueil collectif de poésies, le Thresor des joyeuses inventions du parangon de poésies, qui a connu quatre éditions très différentes, entre 1554 et 1599 (voir présentation du projet et équipe éditoriale). Les remaniements des recueils, menés sur plus d’un demi-siècle, en font une véritable caisse de résonance de l’actualité éditoriale du temps en matière de production poétique. Observatoire précieux des pratiques d’emprunt d’un recueil à l’autre, de la circulation des textes et de la reconfiguration du recueil suivant les attentes du public, l’édition critique de cet ouvrage collectif de poésies présente de nombreuses difficultés, qui tiennent aussi bien à la singularité du régime textuel de ce type d’ouvrages (instabilité textuelle, anonymat, attributions erronées, réécritures, etc.) qu’aux méthodes et pratiques de l’édition critique proprement dite (choix d’une édition-pivot, étude des variantes suivant une perspective téléologique, etc.) : comment publier sur un même support les diverses versions d’un même ouvrage lui-même à géométrie variable ? comment restituer la genèse éditoriale des poèmes qui composent ces recueils, si l’on intègre à leur édition critique leurs multiples occurrences, parfois en des formes et sous des titres différents, dans d’autres recueils parus précédemment ? comment, enfin, rendre compte de la circulation des textes (intertextuelle, auctoriale, générique) et des réseaux (entre auteurs, traducteurs, compilateurs, imprimeurs-libraires) qui animent la production et la diffusion des écrits littéraires de la première modernité ?

Sans prétendre proposer des méthodes et des outils éprouvés qui viendraient répondre à tous ces questionnements, les humanités numériques enrichissent la réflexion d’autres interrogations qui invitent à renouveler l’appréhension de ces corpus : comment transcrire les textes de ce type d’œuvres suivant une perspective génétique et quelles pratiques d’annotation engager ? quelle place accorder aux outils d’interrogation et de visualisation ? quels logiciels employer pour un travail collaboratif sur un même projet d’édition numérique ? La détermination de descripteurs propres au projet et de formats standardisés (notamment autour de XML-TEI) doit-elle s’adapter aux spécificités du corpus dans sa singularité ou favoriser l’interopérabilité et la mise en réseau des projets qui traitent de corpus apparentés ? quels accès favoriser auprès des lecteurs traditionnels de ces textes et comment en renouveler les parcours de lecture et d’exploitation ? d’un point de vue éditorial, informatique mais aussi institutionnel (financement, hébergement, maintenance, partenariats), comment assurer la pérennité des données et leur valorisation ?

Le colloque des 4 et 5 juin 2019 sera l’occasion de confronter les premiers résultats issus de ces réflexions avec d’autres projets de recherche qui portent sur des corpus écrits de la première modernité, suivant des perspectives diverses (littérature, histoire du livre, histoire culturelle et histoire des idées, musicologie et iconographie). Les éclairages apportés, issus de méthodologies différentes, mettront en évidence l’impact des choix éditoriaux, à la fois scientifiques et techniques, sur la définition de l’objet étudié, conduisant à examiner la contribution des humanités numériques à l’élaboration d’une méthodologie propre à l’édition critique des œuvres littéraires de la première modernité. De l’association de ces perspectives émergera sans aucun doute un ensemble de problématiques communes qui nourriront la mise en œuvre de collaborations nouvelles.

Les propositions, d’environ 400 mots, seront envoyées, accompagnées d’une brève présentation bio-bibliographique, à anne.reachngo@yahoo.fr et richard.walter@ens.fr avant le 5 novembre 2018.

Équipe Joyeuses Inventions animée par Anne Réach-Ngô (UHA, IUF) & Richard Walter (ITEM, ENS-CNRS) : Magda Campanini (Université Ca’Foscari, Venise), Marine Parra (UHA), Carole Primot (Université Rennes 2), Côme Saignol (Sorbonne Université), Miriam Speyer (Université de Caen Normandie), Sylvie Vervent-Giraud (ITEM).

Programme :

Mardi 4 juin 2019

9h30 Accueil

9h45 Introduction – Anne Réach-Ngô (ILLE, Université de Haute-Alsace, IUF) et Richard Walter (ITEM, CNRS-ENS)

Session 1 – Exploration & exploitation de corpus

10h Conférence 1. Elena Pierazzo (LUHCIE, Université de Grenoble Alpes) – « Les Humanités Numériques : une perspective historique et sociale »

11h Anne Piéjus, Nathalie Berton-Blivet & Thomas Bottini (IreMus, CNRS, Sorbonne Université, BnF, MC) – « Le thesaurus “Mercure galant“. Choix scientifiques, enjeux méthodologiques et avenir de la recherche »

11h40 Karine Abiven & Gaël Lejeune (STIH, Sorbonne Université) – « Traiter par le TAL un ensemble de textes redondant, hétérogène et bruité : autour du projet AnTOnoMAZ (ANalyse AuTOmatique et NumérisatiOn des MAZarinades) »

12h20 Anne Boutet (Université de Paris-Est Marne-La-Vallée) – « Interroger les recueils facétieux et compilations comiques de la première modernité : efficacité des outils de recherche et perplexité herméneutique »

12h50 Discussion et déjeuner 

Session 2 – Circulation & édition de corpus

14h30 Conférence 2. Christophe Schuwey (Yale) – « Penser (pour) l’écran »

15h30 Claire Sicard (CÉRÉdI, Université de Rouen Normandie et CERILAC, Université de Paris Diderot) – « Pister (et démêler) Mellin de Saint-Gelais »

16h Alice Tacaille (IreMus, CNRS, Sorbonne Université, BnF, MC) & Tatiana Debbagi Baranova (Centre Roland Mousnier, Sorbonne Université)– « Les recueils paroliers français de la Renaissance française : dénombrer et indexer les chansons “sur l’air de“ de la première moitié du XVIe siècle »

 16h40 Anne Réach-Ngô (ILLE, Université de Haute-Alsace, IUF) & Richard Walter (ITEM, CNRS-ENS) – « Le projet des Joyeuses Inventions, de la restitution d’un réseau textuel à l’édition critique numérique d’un recueil collectif de poésies, et retour »

17h20 Discussion

Mercredi 5 juin 2019

Session 3. (Re)découverte & analyse de corpus

9h30 Carole Primot (Cellam – Université de Rennes 2) – « Des Traductions de latin en françoys au Thresor des joyeuses inventions : sources latines et inventions françaises »

10h Marine Parra (ILLE, Université de Haute-Alsace) & Miriam Speyer (LASLAR, Université de Caen Normandie) – « La base de données des Joyeuses Inventions, un observatoire linguistique en diachronie ? »

10h40 Nina Mueggler (Université de Fribourg, IHRIM – Lyon 2) – « Présences, absences et semi-anonymat dans le Thresor des joyeuses inventions (1554-1599) »

11h10 Discussion et pause

11h30 Antonin Godet (IHRIM – Lyon 2) – « Les frontières du Parnasse : circulations et réseaux poétiques, ou la question du modèle éditorial »

12h Côme Saignol (OBVIL, Sorbonne Université) – « Le Pédant joué de Cyrano de Bergerac et ses adaptations (1654-1935) : alignement textuel et étude de réécritures »

12h30 Discussion et déjeuner

Session 4. Éditorialisation & diffusion de corpus

14h Conférence 3. Anne-Marie Turcan (EPHE) – « Biblissima, un observatoire de la transmission des textes anciens »

15h Florence Bonifay (IHRIM – Lyon 2) – « “RéseauxPoetesXVI“ : quels usages et quel avenir pour une base de données de thèse “artisanale“ ? » 14h Conférence 3. Anne-Marie Turcan (EPHE) – « Biblissima, un observatoire de la transmission des textes anciens »

15h30 Sandra Provini (CÉRÉdI, Université de Rouen Normandie) & Alice Vintenon (TELEM, Université Bordeaux Montaigne) – « Édition numérique et édition “papier“ des Œuvres complètes de Michel d’Amboise : quelle articulation ? »

16h Céline Bohnert (CRIMEL, Université de Reims) – « De l’anthologie à la compilation et retour : l’édition de la Mythologia de Natale Conti sur la plate-forme EMAN »

16h30 Discussion

17h-18h Table ronde conclusive – « Les écrits littéraires de la Première Modernité via le numérique : quels publics ? quels usages ? »