L’équipe des Joyeuses Inventions

Responsables du projet :

Anne RÉACH-NGÔ est maître de conférences à l’université de Haute-Alsace et membre junior de l’Institut universitaire de France (2015). Spécialiste des pratiques éditoriales au XVIe siècle, elle est l’auteur d’un ouvrage consacré à L’Écriture éditoriale à la Renaissance. Genèse et promotion du récit sentimental français (1530-1560), Genève, Droz, 2013. Ses travaux récents portent sur les pratiques de compilation aux XVIe et XVIIe siècles, et notamment sur le corpus des ouvrages intitulés Thresor publiés entre 1485 et 1650, dont elle établit une bibliothèque numérique sur la plateforme EMAN de l’ITEM : Thresors de la Renaissance.

Richard WALTER est ingénieur de recherche, chef de projet en informatique pour la création de bibliothèques virtuelles et de corpus patrimoniaux. Il a dirigé la construction d’une plate-forme d’éditions numériques de textes médiévaux (Telma) et coordonne actuellement la plate-forme d’édition de manuscrits, de documents et de fonds d’archives littéraires modernes (e-Man) à l’ITEM. Il co-dirige une action annuelle de formation consacrée à la gestion de projets numériques de sources (2010-2017). Il anime depuis 2014 un séminaire technique d’édition numérique. Il est membre du Comité de pilotage du consortium CAHIER et coordinateur des groupes de travail sur l’édition numérique de correspondances et sur le crowdsourcing. Il anime enfin le groupe Omeka.fr pour fédérer la communauté des utilisateurs de ce logiciel et fournir des outils spécifiques pour l’édition numérique de contenus scientifiques.

 

Equipe éditoriale :

Magda CAMPANINI est maître de conférences en Littérature française à l’université Ca’ Foscari de Venise. Ses intérêts de recherche portent sur l’écriture épistolaire, notamment sur l’émergence de la fiction romanesque dans un vaste corpus d’ouvrages de compilation épistolaire (recueils, trésors, secrétaires) ; elle a consacré à cette recherche plusieurs articles et une monographie sur la fiction par lettres de la Renaissance à l’âge classique (2011). Elle s’intéresse également à la poétique des genres narratifs et aux interactions génériques (vues aussi dans leur relation aux pratiques de l’intertextualité) aux XVIe-XVIIe siècles. Cet aspect se sa recherche a fait l’objet d’articles et d’un volume sur les Comptes amoureux de Jeanne Flore (2012).

Marine PARRA est doctorante contractuelle à l’Université de Haute-Alsace, laboratoire ILLE, où elle prépare une thèse intitulée « Les Jardin de poésie, un terreau éditorial renaissant » sous la direction de Gilles Polizzi et en co-encadrement avec Anne Réach-Ngô. Ses travaux de recherche sont consacrés à l’étude de la notion de “format éditorial” dans la production écrite d’Ancien Régime. Elle étudie notamment l’appropriation du trope littéraire de la métaphore horticole par le milieu éditorial et les différents acteurs du livre : imprimeur-libraire, compilateur, traducteur. Son recensement des recueils poétiques nommés « Jardin » a mis à jour un corpus de quatorze œuvres se déclinant en un peu plus de quarante éditions et une centaine d’exemplaires compris entre les années 1500 et 1670. Les premières réflexions ont donné lieu à un article « La Scénographie du Jardin de Plaisance d’Antoine Vérard, modèle d’un nouveau format éditorial ? » (à paraître dans la revue Seizième Siècle, no 14, 2018).

Anne élève de l’ENS-Lyon, Carole PRIMOT est docteure en littérature française de la Renaissance et PRAG à l’Université de Rennes 1. Elle a consacré son travail de thèse à la réception de Teofilo Folengo en France à la Renaissance, en produisant notamment une édition critique de l’Histoire macaronique de Merlin Coccaie (1606), traduction du Baldus de Folengo. Ses intérêts de recherche portent sur la fiction narrative de la deuxième moitié du XVIe siècle, la traduction, les langues hybrides, la stylistique d’attribution. Elle est membre du CELLAM (Rennes 2).

Côme SAIGNOL est doctorant contractuel au labex OBVIL de Sorbonne Université où il prépare une thèse intitulée « De qui Cyrano est-il le nom ? Genèse et développement numérique d’un mythe national (1655-1899) » sous la co-direction de Georges Forestier et Jean-Gabriel Ganascia. Ses travaux de recherche combinent les approches de l’histoire littéraire, de la critique génétique et des humanités numériques afin de saisir la circulation des discours associés à Savinien de Cyrano de Bergerac. Sa base de données, en cours de constitution, référence un corpus d’une centaine de séquences textuelles mêlant anecdotes, notices biographiques et réceptions critiques interprétables à l’aide d’une « ontologie cyranienne ». Il assure également la coordination de l’équipe Molière du labex OBVIL pour laquelle il prépare une édition numérique du Pédant joué de Cyrano et une genèse éditoriale du Dictionnaire de Moreri (à paraître en ligne prochainement).

Miriam SPEYER, agrégée de Lettres Modernes, est doctorante contractuelle à l’université de Caen Normandie. Sa thèse “Les recueils collectifs de poésies au XVIIe siècle (1597-1671)” (dir. M.-G. Lallemand) combine les approches de l’histoire littéraire, de l’histoire du livre et des humanités numériques afin d’établir le rôle que jouèrent ces publications polygraphiques dans la pratique et la réception de la poésie au XVIIe siècle. Ce travail a notamment donné lieu au développement d’une base de données, répertoriant les plus de 10 000 pièces contenues dans ces publications polygraphiques et qu’elle a présentée au congrès de la NASSCFL à Lyon en juin 2017. Elle s’intéresse également à la poétique des genres ainsi qu’à la mise en scène et aux représentations du discours au XVIIe siècle, qu’elles relèvent de l’histoire du livre, de l’appareil liminaire ou des dispositifs fictionnels, et auxquelles elle a consacré plusieurs articles.

Sylvie VERVENT-GIRAUD est docteur de l’université Bordeaux Montaigne en littératures française, francophones et comparée, rattachée à l’équipe Flaubert de l’ITEM. Elle a notamment contribué au site FLIM (Flaubert et le pouvoir des images) sur la plateforme EMAN de l’ITEM et publié des articles dans « Flaubert, revue critique et génétique ». Elle participe également au projet Thresors de la Renaissance (chargée de la documentation et du traitement des données numériques). Son expérience en transcription numérique de manuscrits du XIXe siècle et en travaux génétiques permet d’interroger, dans le cadre du projet Joyeuses Inventions, les déplacements méthodologiques et épistémologiques que nécessite la publication génétique de dossiers imprimés du XVIe siècle, comprenant très peu de pièces manuscrites.

 

 

Contributeurs réguliers :

Céline BOHNERT est maître de conférences à l’Université de Reims-Champagne Ardenne. Ses travaux portent sur la réception de la mythologie antique dans ses aspects littéraires, artistiques et intellectuels aux XVIe et XVIIe siècles : interrogeant la transmission et l’actualisation des textes anciens, elle s’intéresse aux pratiques érudites et scolaires, à l’histoire de l’édition ainsi qu’à l’histoire du livre et de l’illustration. Elle a codirigé plusieurs ouvrages collectifs : L’Adaptation comique, 2013 ; Poétiques de la vengeance, 2013 ; L’Anthologie, 2014. Elle prépare actuellement l’édition du premier livre des Mythologiae libri decem de Natale Conti (Reims, Epure – avec Rachel Darmon) et une monographie intitulée L’Adonis des modernes. Destin esthétique et intellectuel d’une fable antique à paraître aux éditions Champion.

Docteure et agrégée de Lettres Modernes, Anne BOUTET est ATER à l’université de Tours. Sa thèse, réalisée au Centre d’Etudes Supérieures de la Renaissance (Tours) sous la direction de Marie-Luce Demonet, a porté sur l’analyse définitoire et générique des nouvelles du XVIe siècle, via la lecture de ces récits par les romanciers comiques. Ses domaines de recherche concernent la littérature facétieuse de la Renaissance italienne et française et son influence sur les romans comiques et sur les compilations narratives du XVIIe siècle, ainsi que la question des lectorats et de la réception, de la mise en recueil, des problématiques génériques narratives et de la littérature humorale. Elle a notamment co-dirigé l’édition d’un volume d’articles consacrés à Didon se sacrifiant d’Etienne Jodelle (agrégation de Lettres 2014) et rédigé la partie “travail du texte” de l’édition Atlande sur le Roman comique de Scarron (agrégation de Lettres 2019).

Antonin GODET, agrégé de Lettres Modernes, est enseignant de Lettres dans le secondaire et doctorant à l’université Lumière Lyon 2. Sa thèse porte sur l’édition critique du Parnasse des poètes françois modernes de Gilles et Galiot Corrozet (dir. M. Clément) en 1571 et 1578. Sa recherche se donne notamment pour ambition d’identifier les sources des 564 lieux contenus dans l’anthologie, et répartis entre une quarantaine de poètes. Ce corpus s’avère particulièrement utile pour comprendre quelle a été l’évolution du patrimoine poétique, quelle a été sa réception chez les grands amateurs de poésie, et quelle a été la circulation des éditions poétiques.

Nina MUEGGLER, doctorante en 4e année, prépare une thèse intitulée « Nation et émulation. Concours et querelles poétiques en France (1529-1549) » sous la direction de Thomas Hunkeler (Université de Fribourg) et de Michèle Clément (Université Lumière Lyon 2). Elle s’intéresse plus globalement aux phénomènes de sociabilité littéraire, auxquels elle a consacré plusieurs articles et interventions (Fleurs de Poésie française 1534, Querelle Marot-Sagon, Blasons anatomiques, Querelle des Dames de Paris et de Lyon, Querelle des Amies). Son activité interroge aussi la littérature emblématique, notamment celle de Gilles Corrozet. Elle participe également à l’édition des Œuvres de Charles Fontaine (dir. Elise Rajchenbach) et se charge de la supervision éditoriale de l’adaptation en français contemporain des Essais de Montaigne (à paraître en 2019, Mollat/Laffont).

Antoine VUILLEUMIER est assistant/doctorant à l’institut de langue et civilisation française de l’Université de Neuchâtel. Sa thèse « La “concurrence des armes et des lettres”. Les pouvoirs de l’humanisme chez Loys Le Roy (1510-1577) », sous la direction du prof. Loris Petris, vise à étudier, à la lumière de l’œuvre de l’humaniste, les interactions concordantes et discordantes entre les champs politique et littéraire, telles qu’elles se manifestent dans les pratiques socioculturelles et dans les textes. Ses recherches l’amènent à s’interroger sur des phénomènes divers comme les recueils de traduction, l’émergence de la langue vernaculaire dans les domaines savants et les moyens humanistes d’action politique.